Le directeur adjoint de la maison du Hadj fait le point.

À la Une Réligion Société

En Début de semaine l’Arabie Saoudite a annoncé l’annulation du pèlerinage pour les internationaux. Dès l’annonce de cette nouvelle qui est loin d’être ce que les autorités des différents continents voulaient entendre, chaque pays se prépare pour faire face au sort des pèlerins. Au Mali, les autorités en charge de l’organisation  de ce rendez-vous important du monde musulman ont prévu certaines décisions pour remettre les fidèles religieux dans leur droit. Il s’agit pour les pèlerins, de garder leur argent aux comptes bancaires ouvert à la BDM SA jusqu’à l’année 2021 ou de récupérer leur frais. En tout état de cause, le pèlerinage de l’année 2020 est limité aux résidents de la Mecque.

Chaque année pendant le mois de juillet et Août la communauté musulmane est appelée à accomplir le pèlerinage à la Mecque, qui est le cinquième pilier de l’islam. Cette année ça ne serait pas le cas. Les autorités Saoudiennes ont décidé avec toutes ses conséquences de limiter les pèlerins aux résidants d’Arabie Saoudite pour éviter la propagation du Covid-19 qui ébranle le monde. Les musulmans dont les capacités physiques leurs permettent d’accomplir le devoir religieux, doivent entreprendre la Hadj une ou plusieurs  fois dans leur vie. À savoir environs deux millions de personnes devraient se rendre en Arabie  Saoudite pour la Mecque. Aujourd’hui, l’accès à la Mecque et à Médine, ainsi que Riad, est interdit aux internationaux par les autorités saoudiennes pour contrer l’épidémie du Covid-19. Selon des sources concordantes 1 563 personnes ont été testées positif  dont 10 morts dans le pays. Raison pour laquelle, l’Arabie saoudite a pris des mesures restrictives pour le bon déroulement du pèlerinage et réduire le risque de contagion du coronavirus. Ces décisions viennent malheureusement mettre fin au processus de préparatif du pèlerinage en cours dans les différents pays dont notre pays le Mali. Traditionnellement les Maliens ont l’habitude de payer les frais du Hadj avant le jour-j.

Deux possibilités s’offrent aux candidats  inscrits pour cette année. Selon le Directeur général adjoint de la maison de Hadj, Mahamane Adamou soit le pèlerin garde son argent pour la campagne 2021 dans un compte spécial et sécurisé (compte pèlerinage) à la Banque pour le développement du Mali (BDM sa), ou, soit il récupère son argent.

En outre, il a indiqué que les pèlerins  qui vont garder leur frais au compte bancaire seront prioritaires pour le pèlerinage 2021. Par ce que pour lui, il y’a une très forte chance d’affluence dans les années à venir. Car, il aura deux campagnes à l’an 2021. En conséquence, si le Mali atteint son quota de 13 000 pèlerins, ceux qui ont retiré leur argent ne seront pas prioritaires.

Certainement cette année, il y a eu du changement au prix de la taxe sur la valeur ajoutée en Arabie saoudite. En effet, pour le DGA de la maison de Hadj, les pèlerins peuvent ne pas s’attendre à la hausse du prix pour l’année 2021.

« Effectivement, l’Arabie Saoudite a augmenté la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) sur les différentes prestations (transport, hébergement et restauration). Donc, les coûts de pèlerinage vont augmenter >>. A conclu Mahamane Adamou.

Diaka Sanogo, Stagiaire Malijet.com

Laisser un commentaire ici