Mort de deux américains lors des attentats de Bamako et de Ouagadougou : Le FBI veut entendre les complices des auteurs à Dakar.

Les États-Unis ne badinent pas avec la mort de leurs citoyens, surtout quand elle intervient lors d’attaques terroristes. Preuve en est encore fournie par la demande d’entraide judiciaire adressée au Sénégal par le FBI pour entendre des jihadistes présumés impliqués dans les attentats du Radisson Blu, au Mali, du Splendid Hotel et du Cappuccino, au Burkina Faso, et enfin du Grand Bassam, en Côte d’Ivoire.

Selon le quotidien Libération, cette requête vise trois noms, Mahmoud Sidy Baba el Atigh, Moustapha Amar Béchir et Erhil Adébé, tous arrêtés au Sénégal dans le cadre de l’enquête ouverte dans au moins trois pays après les attentats ayant ciblé trois capitales africaines entre novembre 2015 et mars 2016.

Les américains sont convaincus que ces trois personnes ont fourni de l’aide aux organisateurs de ces attentats terroristes qui ont coûté la vie à au moins deux de leurs citoyens. Au Mali, l’attaque terroriste qui a visé le Radisson Blu a fait 22 morts dont une citoyenne américaine du nom d’Anita Ashok Datar, tandis que Michael James Riddering est tué lors des attentats de Ouagadougou quelques mois plus tard.

Dans son enquête, le FBI a établi la responsabilité de Mahmoud Sidy Baba el Atigh dans le transport des armes ayant servi à commettre les attentats au Burkina Faso. Erhil Adébé est pour sa part accusé d’avoir été en contact avec Mimi Ould Baba Ould Cheikh qui a organisé les attentats sur demande du défunt chef d’Al Mourabitoune au Mali, Mohamed Ould Nouini. Moustapha Amar Béchir serait aussi dans le même cas pour avoir fourni une aide logistique aux assaillants.

Sourcedakaractu

Facebook Comments

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :