Ménaka : les FAMA de retour à Andéraboukane après sept ans d’absence

L’armée malienne signe son retour à Andéraboukane. Après sept ans d’absence les FAMAs sont arrivés ce lundi dans cette localité située à 95 km au sud de la ville de Menaka. Un retour qui pourrait être un tournant décisif dans la sécurisation de cette partie du Mali frontalière du Niger.

En Janvier 2012 les militaires Maliens d’Anderamboukane face à des groupes armés rebelles appuyés par les terroristes et confronté à un manque de moyens pour combattre étaient obligés de replier sur le Niger. Depuis cette date le camp est devenu désert. Conséquence : plus des trois quarts de la population était obligés de se réfugier dans différentes villes du Niger.
Au bénéfice des accords d’Alger et des différentes rencontres, ce sont les mouvements qui assuraient la sécurité des personnes. L’administration est restée dans la ville de Menaka et n’y est pas rentrée comme celle de tous les autres cercles.

Le retour des FAMA permettra non seulement de redonner confiance aux populations dont beaucoup sont revenues mais aussi et surtout faciliter le retour de l’administration. Interrogé sur la question en début d’année, le gouverneur de la région avait affirmé que l’état travaillait à comment installer les FAMA à Anderamboukane pour permettre le retour de l’administration. C’est donc chose faite aujourd’hui.

Anderamboukane faut-il le rappeler est à 15 km du premier village Nigérien. Son camp a été ouvert aux premières heures de l’indépendance.

Ce retour des Forces Armées Maliennes est salué par les autorités administratives. Pour l’exécutif régional, il permettra non seulement de sécuriser les populations et leurs biens mais aussi de faciliter le retour de l’administration. « Ce retour va permettre une meilleure sécurisation des personnes et leurs biens, réduire un peu l’impact du banditisme, des bandes armées qui circulent dans la zone et surtout un retour normal à la vie », a indiqué le gouverneur de la région de Ménaka dont rélève la localité d’Andéraboukane. Le gouverneur a également précisé que les FAMA vont cohabiter avec les groupes armés signataires de l’accord pour la paix, basés à Anderaboukane. «Ils vont avoir des relations avec leurs homologues du Niger et une préfecture à Walam mais aussi les forces armées nigériennes stationnées à Tinagodrar à une vingtaine de kilomètres de là », a-t-il expliqué

C’est avec une grande joie que les populations d’Andéraboukane ont aussi accueilli les Forces Armées Maliennes, affirme cet habitant. Selon lui, la présence des FAMA représente déjà la sécurité.

Facebook Comments

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :