Jeune et Ambitieuse : Djénèbou Sidibé dite Zeïna « Ma génération est Androïde, ISO, tout simplement numérique et je veux m’en servir pour rendre ce monde plus juste »

À la Une Portrait de Jeunes Ambitieux

Dans la catégorie « Jeune et Ambitieux » nous vous présentons une Jeune réalisatrice du nom de Djénèbou Sidibé dite Zeina. Elle est sortante du conservatoire des arts et Métiers Multimédia Balla Fasséké Kouyaté du Mali avec un diplôme en série multimédia.

A 21 ans, Mlle Sidibé a déjà une carrière non négligeable, Réalisatrice, Script et Photographe, elle est la chargée de relation publique du Groupe Walaha et la chargée de communication de Walaha Web Tv et du festival d’arts numériques et de technologies mobiles, “Ciné à dos” de la même organisation. Membre fondatrice du club des lecteurs de l’Institut Français du Mali, mademoiselle Sidibé est aussi slameuse et lectrice publique d’ouvrage littéraire.

Zeina, comme l’appelle ses amis, a commencé ses activités artistiques en 2010 avec le concours des 10 mots de la francophonie ou elle a été première nationale et en 2012, à 15 ans, elle réalise son premier film, dont le scénario était déjà basé sur le droit à l’éducation des jeunes filles. Ce film a été réalisé dans le cadre du projet des “Ateliers du regard ” avec les étudiants de la FEMIS de Paris en partenariat avec le Groupe Walaha, incubateur où est logée sa startup.

A partir de cet atelier, mademoiselle Sidibé s’est concentrée sur sa formation artistique et de jeune femme engagée à travers des voyages dans différents pays et sur des grandes rencontres artistiques et politiques et aussi sur l’éducation ainsi que la défense des droits des enfants. C’est ainsi que le 11 Mai 2019 elle a participé au Women7 avec la présidente du parlement des enfants du Mali dans ce grand rendez-vous international pour parler entre femme et apporter des propositions aux chefs d’Etats du G7. Avec le groupe Walaha, elle a assuré le volet communication et relation publique de l’Université de Vacances 2019, qui s’est déroulé du 28 Juillet au 05 Août dans la région de Ségou avec une cinquantaine de participants venus de différents horizons.

Son nouvel engagement est de sensibiliser, à travers les outils modernes, l’opinion nationale et internationale sur le problème d’éducation des jeunes filles dans les zones d’orpaillage et des zones de guerre au Mali. Elle se base pour cela sur sa formation artistique et numérique pour produire des films, créer des spectacles et organise des rencontres d’échanges sur fond artistique pour sensibiliser à la fois les victimes et les responsables communautaires des différentes zones touchées par les phénomènes contres lesquels elle bat.

Avec sa start-up elle compte initier des sessions de formations avec les enfants dans le domaine des arts médiatiques pour les outiller de moyens d’expression et ainsi leur permettre de parler eux-mêmes de leur problème au monde entier.

Bon Vent à la Jeune Réalisatrice et plein de réussite dans ses projets. un exemple a suivre.

Source: Mali Time

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.