Dr. Boubou Cissé : «La majorité et l’opposition doivent toutes se mettre à la disposition du Mali»

À la Une Crise Sociopolitique au Mali Politique

Le Premier ministre Dr. Boubou Cissé a présidé, le mardi 28 juillet, à la primature, sa toute première réunion du gouvernement restreint. À l’entame de ses propos, le chef du gouvernement, au nom du président de la République, a félicité les ministres composant le gouvernement restreint et les a remerciés d’avoir accepté de relever le défi dans un contexte si particulier.

Dans sa déclaration, le chef du gouvernement, Dr. Boubou Cissé, a déclaré : «les leçons que je tire d’un an de magistère et surtout de la crise que nous vivons actuellement me poussent à beaucoup plus d’humilité. J’ai encore plus conscience que tout chef de gouvernement que je suis, je ne puis qu’être le premier d’entre les pairs afin que tous ensemble, nous parvenions à atteindre les résultats attendus de nous, par le président de la République et le peuple malien.

J’ai conscience que la valeur ajoutée de l’exécutif restreint en place est de pouvoir négocier la sortie de crise, la mise en place d’un gouvernement d’union nationale et le retour à la normalité. C’est une instruction du chef de l’État qui a mis le Mali au-dessus de tout. En ce qui nous concerne également, nous mettrons le Mali au-dessous de tout, et de chacun d’entre nous».

Il a lancé un appel d’union au M5-RFP et d’autres regroupements : «à toutes nos sœurs, à tous nos frères du M5-RFP et d’autres regroupements, j’aimerais dire qu’ils sont attendus et fortement désirés dans l’attelage gouvernemental qui doit être mis en place incessamment.

Le président de la République ne cesse de le dire et le Premier ministre que je suis, y croit fermement, dans la majorité comme dans l’opposition, il existe de grandes compétences. Elles doivent toutes se mettre à la disposition du Mali. Ici et maintenant. Pas demain mais aujourd’hui. En ne pensant qu’au Mali, l’intérêt du Mali et l’avenir du Mali. J’ai confiance et l’équipe restreinte se met à la tâche sans tarder».

Notons que le conseil a identifié les axes prioritaires de cette première équipe réduite chargée entre autres de mener des consultations en vue de la composition d’un gouvernement d’union nationale, conformément à la volonté du chef de l’Etat, aux recommandations de la Cédéao et aux exigences du moment.

Ces axes concernent notamment la mise en place d’un gouvernement d’union nationale plus élargi, susceptible d’assurer la gestion rapide de la crise sociopolitique qui secoue le pays, en apportant des réponses concrètes et immédiates aux revendications sociales. Et cela, toujours conformément aux recommandations de la Cédéao et dans le respect de notre constitution.

Étaient présents à ce premier conseil, le Général Dahirou Dembélé, reconduit au poste de ministre de la Défense et des Anciens combattants, Boubacar Alpha Bah, également reconduit au poste de ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation, Tiébilé Dramé, reconduit au poste de ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Me Kassoum Tapo, nouveau ministre de la Justice, Garde des Sceaux, et le Général de Brigade M’Bemba Moussa Keïta, nouveau ministre de la Sécurité et de la Protection civile.

Bourama Kéïta 

la Nouvelle Liberation

Laisser un commentaire ici