Comment IBK a décapité l’URD de Soumaïla Cissé

« Ce n’est pas au vieux singe qu’on apprend à faire la grimace ». Pourtant, quand deux vieux singes s’affrontent en duel, un des deux perd immanquablement la face… C’est la leçon qu’a apprise à ses dépens Soumaïla Cissé, joué comme un enfant par le roué président malien Ibrahim Boubacar Keïta qui, en l’espace de quelques semaines, a fait de son principal opposant un roi nu, isolé et désarmé au sein même de sa formation politique l’URD.

Au lendemain de la présidentielle, Soumaïla Cissé pensait avoir les meilleures cartes en main au terme d’un scrutin marqué par de nombreuses irrégularités et dont il contestait les résultats. Très mal réélu, IBK allait devoir composer avec son meilleur ennemi, qui serait de facto le faiseur de rois de la politique malienne. C’était il y a à peine un an… une éternité en politique. Soumaïla Cissé a surestimé sa main, il a tout perdu.

Depuis le printemps dernier, et la formation d’un nouveau gouvernement au mois de mai, les proches du leader de l’URD quittent un à un le navire. Conscients que Soumaïla Cissé, 69 ans, ne représente plus une solution d’avenir pour le Mali… et surtout pour leurs intérêts. C’est le moment de négocier les trahisons à la hausse pour se remplir les poches tant que le régime IBK dure. Soumaïla Cissé n’a pas vu venir cette réalité pourtant si commune dans le petit jeu politicien.

En quelques mois donc, il a vu son ancien directeur de campagne, Tiébilé Dramé, pourtant l’une des voix les plus virulentes contre les conditions de la réélection d’IBK, rejoindre le gouvernement en qualité de ministre des Affaires étrangères. Ainsi que Oumar Hamadoun Dicko, proche parmi les proches et ex-conseiller spécial de Cissé, devenu ministre du Dialogue social.

Ces nominations au gouvernement de deux proches du patron de l’URD ont eu l’effet escompté par IBK et ont entrainé une cascade de défections parmi les proches de Soumaïla Cissé. Parmi des dizaines d’exemples, on peut noter le départ de Kadidia Fofana, la passionaria de l’ex-candidat, qui il y a encore quelques semaines jurait de ne jamais désarmer face à IBK et qui vient d’être nommée à un poste prestigieux dans la haute administration.

Quid des relais médiatiques de Soumaïla Cissé ? C’est le dernier étage du Scud politique d’IBK en la personne de l’influenceur Ras Bath, soutien de Cissé en 2018. Le blogueur et animateur d’un talk-show très populaire parmi la jeunesse malienne, a également retourné sa veste, pris ses distances avec Soumaïla Cissé, et se montre beaucoup plus bienveillant qu’il y a quelques mois à l’encontre du régime en place.

Résultat des courses : Soumaïla Cissé se retrouve seul. Isolé au sein de son parti. Donnant l’image d’un leader en perdition. Sans perspective et incapable d’incarner l’avenir de l’opposition malienne. Echec et mat pour IBK.

Stéphane DATHE

Source: Autres Presse

Facebook Comments

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :